L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) se félicite d’avoir enregistré en 2017 la plus belle croissance mondiale depuis 2010. 2018 devrait être encore meilleure puisqu’elle estime que la croissance devrait être de 3,7% sur les 12 mois. La Zone Euro devrait quant à elle enregistrer 2,1% de croissance sur la période. La France se positionne plutôt bien avec une modeste croissance de 1,8% de son PIB sur les 12 derniers mois. L’année 2018 devrait être globalement similaire pour l’Hexagone.

Parmi les points positifs relevés par l’OCDE, la première chose est que la croissance est plus synchronisée entre les différents pays à travers le monde. L’amélioration conjoncturelle globale a permis à tous les pays de tirer leur épingle du jeu. Ainsi, la croissance mondiale pour l’année 2017 devrait être de 3,6%, tandis que celle de 2018 sera de 3,7%.

La France va enregistrer 1,8% de croissance en 2017 et 2018

Toujours selon les données récoltées par cet organisme, la France devrait enregistrer une croissance de 1,8% sur l’année 2017, et 2018 devrait voir une croissance globalement similaire à celle de cette année dans l’Hexagone. La zone Euro fait légèrement mieux puisqu’elle devrait atteindre une croissance de 2,4% sur l’année 2017. C’est un pourcentage légèrement supérieur à celui qui devrait être enregistré sur la même période par les Etats-Unis. Ces belles performances dans les pays occidentaux vont de pair avec les bonnes statistiques enregistrées du côté des pays émergents.

Dans ce rapport, l’OCDE est heureux de constater que la dynamique mondiale a repris, et que tous les pays en profitent de la même manière. Le chômage a légèrement reculé, l’investissement a repris partout dans le monde et les commandes se sont montrées vigoureuses. Du côté des pays émergents, la politique chinoise a permis de redonner un coup d’accélérateur à toute la région, ce qui a aussi autorisé les pays très dépendants du cours des matières premières de retrouver leur croissance. A cela, les politiques monétaires des plus grandes banques centrales sont encore très accommodantes, ce qui permet de maintenir la confiance des investisseurs sur les mois et années à venir.

Source : Le Monde

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *