BlackRock n’est autre que le plus grand gestionnaire d’actifs du monde, avec 6.280 milliards de dollars (US$6.28 trillion) sous gestion. L’établissement américain vient de publier son rapport annuel dans lequel il évoque les devise électroniques, à l’instar du Bitcoin et de l’Ether. La société d’investissement déconseille d’investir sur ces crypto-monnaies, sauf si l’on est prêt à éventuellement tout perdre.

Acheter des crypto-monnaies n’est pas sans risque, bien au contraire. Si Nabilla affirmait en janvier dernier qu’investir sur le Bitcoin était sans risque, l’AMF a rapidement publié un communiqué avertissant le grand public des dangers du produit, notamment en raison de sa volatilité. Pour autant, ce sont des milliers de français qui ont décidé de croire en ces devises électroniques, et qui  y ont investi une partie de leurs économies.

Il faut dire que les actifs en bourse sont tous risqués, et que ceux sur lesquels investit BlackRock le sont également. Pour autant, la volatilité n’est pas forcément la même. Et en l’occurrence, le stratège de la firme explique que la volatilité des crypto-monnaies fait aujourd’hui passer les turbulences américaines de la crise financière de 2008 comme « presque sereines ». Que ce soit à la bourse traditionnelle ou sur sur les devises électroniques, le risque zéro n’existe pas, et le capital n’est jamais garanti. Contrairement à d’autres produits financiers, l’investissement dans les crypto-monnaies ne fera jamais perdre davantage que le capital initial investi.

« Prudent sur bitcoin et optimiste sur la technologie blockchain sous-jacente »

Pour l’heure, BlackRock conclut donc : « Nous ne les voyons pas faire partie des portefeuilles d’investissement traditionnels de sitôt ». En revanche, la firme reste ouverte à un potentiel de développement de ces actifs : « Nous pensons que les crypto-monnaies deviendront potentiellement plus largement utilisées à l’avenir à mesure que les marchés arriveront à maturité, mais pour l’instant, nous pensons qu’elles ne devraient être envisagées que par ceux qui peuvent potentiellement subir des pertes totales ». La société investissement mise en revanche beaucoup sur la technologie sous-jacente au Bitcoin et à l’Ether, que l’on appelle Blockchain (ou chaine de blocs en français).

Vous pouvez en apprendre plus ici :

Catégories : Actualités