Un rapport de KPMG publié en juillet dernier a levé le voile sur les principaux acteurs actifs sur le créneau des néo-banques. En France, ils sont pas moins de 18 acteurs à se partager le marché, mais plus de 80% de ce dernier est détenu par seulement 3 pépites : Compte Nickel, N26 et Revolut représentent cette très large majorité.

Une seule française sur le podium

Au niveau du nombre de clients de chacun de ces établissements, on a tout d’abord le Compte Nickel qui recensait 1,2 million de clients à la fin du mois de juin. Quelques semaines après, c’est N26 par l’intermédiaire de son DG France qui annonçait qu’elle avait atteint les 900 000 clients. Enfin, Revolut a communiqué il y a quelques temps sur 550 000 clients dans l’Hexagone. La plus ambitieuse d’ici la fin d’année n’est autre que la néo-banque N26 qui veut atteindre 2 millions de clients dans l’Hexagone. Contrairement à Compte Nickel, tous les clients N26 ne sont pas des clients payants.

Hormis le compte Nickel, il y a d’autres acteurs français plus ou moins établis qui souhaitent se lancer sur le marché. C’est tout d’abord Carrefour qui a créé un compte simplifié baptisé C-Zam, ou encore La Poste qui a inauguré Ma French Bank au courant du mois de juillet et Orange Bank qui est actif depuis une année. On retrouve aussi de belles réussites du côté des banques pour les petites et moyennes entreprises : Qonto ou Manager.one sont deux beaux succès qui sont français, bien que leurs clients se comptent par dizaines de milliers.

La banque en ligne vient concurrencer

En plus de toute cette concurrence de néo-banque, la banque en ligne a également tendance à se positionner sur des solutions bancaires simplifiées, avec un compte courant, une carte bancaire et une solution de paiement mobile (Apple Pay, Google Pay etc). C’est le cas par exemple du premier établissement français en ligne, Boursorama Banque, qui a annoncé sa carte Ultim au courant du mois de juin. Il s’agit là d’offrir une solution à tous ceux qui voyagent de temps en temps, sur le même principe que N26 ou Revolut.

Ce marché est en pleine croissance, et il sera intéressant de voir comment celui-ci va évoluer. Beaucoup pensent qu’il y aura une concentration dans les années à venir, et que certains des acteurs actuels vont disparaitre face à la pression. En effet, aucun d’entre eux n’a pour le moment réussi à trouver un modèle économique rentable. C’est aussi le cas pour les banques en ligne qui souffrent sur un marché très concurrentiel.

Catégories : Actualités